Vers l'infini et au-delà !

Voyage thématique

20/06/2019
Organisation : Loïc Chassignol

Visite du CERN

Le millésime 2019 avait pour but de nous faire voyager de l'infiniment petit à l'infini grand, nous avons donc passé deux jours a tenter de nous connecter à ses deux mondes.

Le début de la visite nous a permis de comprendre le système ATLAS : A Toroidal LHC ApparatuS
Une machine unique au monde du Cern qui permet de faire tourner les particules dans un encastrement de sous-systèmes cylindriques allant de 78m à 27km de circonférence ! Le tout baignant dans un champ magnétique !

La collaboration autour d'Atlas et du LHC (le grand collisionneur de hadrons) est quasi planétaire !
Le projet est mené par le CERN avec le soutien d'une collaboration internationale de 29 instituts dans 13 pays, dont les États-Unis, le Japon et le Canada.
Le budget matériel pour l'accélérateur est de 950 millions de francs suisses entre 2015 et 2026 !

Les particules filant presque à la vitesse de la lumière dans le LHC doivent suivre des trajectoires précises et stables. Pour cela il faut des aimants Nous avons pu voir la salle de contrôle du LHC et de l'ensemble des sous-systèmes.

Le Grand collisionneur de hadrons (LHC) fonctionne actuellement à une énergie de 6,5 TeV par faisceau. Grâce à cette énergie, les milliers de milliards de particules parcourent les 27 km de tunnel du collisionneur 11 245 fois par seconde. Avant d’atteindre le LHC, les particules sont accélérées dans une série d'accélérateurs linéaires et circulaires reliés entre eux. Dès qu'elles atteignent l'énergie maximale produite par l'un de ces accélérateurs, elles sont injectées dans l'accélérateur suivant. Laissées à elles-mêmes, les particules se disperseraient et poursuivraient leur trajectoire en ligne droite. Ainsi, 50 aimants différents sont nécessaires pour les maintenir le long de trajectoires complexes, sans perte d’énergie.

La constitution de « l'anneau » est extrêmement complexe. La mécanique doit tenir compte des dilatations des matériaux sur un cercle de 27 km à des température d'environ -273°C à l'intérieur du « tube » et de 20°C dans le sous-terrain, le tout devant être en capacité d'absorber les mouvements du terrain, de la roche etc.
La dérive globale acceptable étant de l'ordre du millimètre seulement !

Tous les aimants du LHC sont des électro-aimants. Les dipôles principaux génèrent de puissants champs magnétiques de 8,3 teslas, c’est-à-dire 100 000 fois plus que le champ magnétique de la Terre. Les électro-aimants produisent ce champ magnétique grâce à un courant de 11 080 ampères, et le matériau supraconducteur permet aux courants de haute intensité de circuler sans perdre de l’énergie du fait de la résistance électrique.

Visite virtuelle du CERN

Nous avons eu la chance de voir l'autre côté du décor pour mieux comprendre les puissances mises en oeuvre pour alimenter en énergie un tel système.

Quelles sont les grandes questions de la physique contemporaine ?

Qu'est-ce que le Boson de Higgs et que nous apprend-t-il sur les origines de l'Univers ?

Quel est le rôle du CERN, son orientation et ses objectifs ?

Quelles expériences sont menées dans ce plus grand laboratoire de physique au monde ?

Cette première journée nous a permis de répondre partiellement à toutes ces questions en mêlant à la fois la technique des systèmes employés et les grands principes de la physique nucléaire et quantique.
Une première partie vers l'infiniment petit nous donnant accès à l'infiniment grand !

Soirée pour aller au-delà de nos sentiers battus...

Après avoir compris les mécaniques qui régissaient le monde à l'échelle des particules nous avons souhaité prendre de la hauteur . ..

... pour nous rapprocher des étoiles...

et nous connecter à la nature et ses bienfaits...

Et finalement passer une nuit bien méritée dans une confort adéquat pour mémoriser le savoir acquis pendant la journée

Visite du Site de l'INES au Bourget du Lac.

L'INES est aujourd'hui le centre de référence en France, et l'un des premiers en Europe, dédié à la recherche, à l'innovation ainsi qu'à la formation sur l'énergie solaire. Initié par le Conseil général de la Savoie et la Région Rhône-Alpes, il regroupe les équipes du CEA et de l'Université de Savoie. L'INES compte aujourd'hui 400 collaborateurs sur un site de 22 000 m² doté des meilleurs équipements.

CHIFFRES-CLÉS

22 000 m² de laboratoires, bureaux et salles de formation
1000 professionnels formés chaque année
400 chercheurs et techniciens
200 partenaires industriels
85 brevets déposés par an
15 laboratoires

Grace à la présence de Franck Barruel, Directeur à l'INES Formation et Evaluation. Les idées recues sur le PV ont été balayées.

Franck Barruel

Franck Barruel, présentant l'institut qui est également un facilitateur permettant de connecter les chercheurs aux entreprises pour produire de l'innovation directement en lien avec les attentes des industriels, des marchés et finalement de la filière qu'AIDELEC représente aujourd'hui.

Voir la vidéo de Franck Barruel

Domaine de compétences de l'INES

-Le stockage de l'énergie électrique solaire
-Les composants d'enveloppes du bâtiment
-Les réseaux électrique intelligents
-Les systèmes photovoltaïques
etc.

Retour sur Lyon après un déjeuner au-dessus du lac du Bourget

Notre Président déjà en train de plancher sur le futur projet AIDELEC !

Au nom de toutes l'association Aidelec, merci à Loïc pour l'organisation de ce voyage thématique, qui fut un moment inoubliable. Mohsen